La Compagnie Maboul Distorsion est à Nantes

MOP Nantes | Chloé Martineau | Moppé le 27/04/2012 à 11:25 | Mis à jour le 03/05/2012 à 18:26
Intérêts :
Partagez :

Tout juste revenue de tournée, la Compagnie Maboul Distorsion présente son tout nouveau spectacle à l'occasion du Printemps des Nefs. Un moment poétique et intimiste est à découvrir sous le chapiteau des Mabouls à Nantes, jusqu'à dimanche.

La Compagnie Maboul Distorsion est à Nantes

« Maboul Distorsion » : le nom même de la compagnie nous distrait, nous surprend, nous interpelle, et nous intrigue, en exprimant son esprit décalé. Cécile Durot, chargée de diffusion et de production de la compagnie, nous livre quelques secrets « mabouls ».

 

Mop : On a bien compris que la Compagnie Maboul Distorsion n'était pas une troupe de théâtre ordinaire... Mais dans quelle genre s'inscrit-elle alors ?
Maboul : « La Cie Maboul Distorsion, c'est un peu une folie festive positive. A ses débuts, la compagnie axait surtout ses spectacles sur la jonglerie et la clownerie. Cette jonglerie tend aujourd'hui à devenir de la manipulation d'objets. A travers cet aspect, on souhaite apporter un regard décalé sur le monde. Si on devait s'inscrire dans un genre, je dirais qu'on est une troupe de théâtre associée à du nouveau cirque. Autrement dit, le cirque entre au service de la narration. Notre théâtre devient finalement plus gestuel que circassien. De plus, tous nos spectacles sont sans parole. Cet aspect les rend populaires et universels, pour tout public.
A travers nos spectacles, on recherche à instaurer une réelle proximité avec le public. En jouant sur le comique de situation, sur les jeux de regards avec le spectateur, ou en allant boire un verre avec celui-ci à la fin de la représentation. Le chapiteau est un lieu qui permet cette proximité et ces rencontres. C'est un peu comme si on invitait les gens chez nous ».

 

Mop : Parlez-nous de votre dernier spectacle, Aléa. Comment le définiriez-vous ?
Maboul : « Aléa marque sans aucun doute une rupture avec les précédents spectacles de la compagnie Maboul Distorsion. Elle transfigure des envies de recherche différentes. Aléa est un spectacle nouveau, épuré et plus lent, avec une certaine douceur, où les trois comédiens sur scène jouent sur le détournement de l'air. Je dirais même que c'est un spectacle presque contemplatif, où les différents tableaux s'enchaînent. Une sorte de flottement se dégage, par exemple grâce aux ballons gonflés à l'hélium, et c'est ce qui crée alors cette atmosphère très poétique. C'est réellement une nouvelle approche du jeu d'acteur et du jeu clownesque qui a lieu ici ».

 

Mop : Alors justement, d'un point de vue artistique, où en sont les Mabouls ? Et quels sont leurs projets ?
Maboul : « Aujourd'hui, je pense que la compagnie est à un tournant. On sent une envie d'un retour à la rue, d'un retour aux sources et d'une proximité encore plus accentuée avec le public, avec les gens. C'est pour cette raison qu'on aimerait développer des créations ouvertes et des projets participatifs, où le public serait lui-même intégré au spectacle. Un projet trotte aujourd'hui dans nos têtes, un projet qui sera autour de la déambulation. Mais je ne vais pas en dire trop...! »

 

La Compagnie Maboul Distorsion sera jusqu'à dimanche au Printemps des Nefs à Nantes :
 

- jeudi 26 et vendredi 27 avril à 20h

- samedi 28 avril à 14h30 et 20h

- dimanche 29 avril à 18h
 

Tarifs : de 7€ à 14€

Source : Chloé Martineau

Commentaires