La danse flamenco vue par Israel Galván

MOP Nantes | angelabeuz | Moppé le 05/01/2012 à 12:45 | Mis à jour le 11/01/2012 à 13:02
Intérêts :
Partagez :

Le Grand T présente aujourd'hui et demain un spectacle de danse flamenco d'Israel Galván "El final de este estado de cosas, redux" (ce qui signifie "la fin de cet état des choses. Redux", soit la fin du monde ou encore l'Apocalypse).

La danse flamenco vue par Israel Galván


Les programmateurs du théâtre nantais s'en réjouissent et nous annoncent : "parmi les nombreux artistes internationaux qui fouleront, cette saison, la scène du Grand T, Israel Galván est probablement l’un des plus renommés. Loué par les critiques du monde entier pour la présence baroque et animale qu’il déploie sur scène, pour sa capacité à faire naître des émotions en sublimant le flamenco, le danseur et chorégraphe d’origine sévillane présente un spectacle construit autour de L’Apocalypse de saint Jean"



Etes-vous sensible, timide ? Pensez-vous qu'une personne timide pourrait monter sur scène et danser devant des milliers de spectateurs ?

Israel Galván est né en plein coeur de Séville, au sein d'une famille marquée par la tradition et la passion gitane de la danse flamenco. Toute la puissance d'Israel réside dans son allure féline et la technique qu'il a acquise depuis l'âge de cinq ans sur les planches. Sa fragilité, quant à elle, se reflète par son bégaiement, qui dénote sûrement une grande timidité intérieure. Ce cocktail a doté Israel Galván d'une sensibilité extraordinaire, et fait de lui l'une des grandes figures de proue de la danse flamenco contemporaine aujourd'hui. Galván éprouve un besoin impérieux de traduire ses impressions en expressions, cette façon de dire le monde tel qu'il le vit de l'intérieur, en l'extériorisant dans une danse envoûtante. Israel Galván a avoué, lors d'une interview au quotidien national El País : "depuis des années, l'insomnie me poursuit les nuits qui précèdent chacune de mes performances sur scène. Cela s'est converti en phobie. J'ai commencé à aller voir un psychoanalyste. Je ne suis cependant toujours pas guéri".

Pourquoi "El final de este estado de cosas, redux" n'a pas cessé de tourner, succès après succès, en Espagne et en France ? Parce-que Israel Galván est probablement un révolutionnaire dans sa façon de concevoir ses créations de danse flamenco. La première de "El Final de Estado de cosas, redux", en 2008 a été couronnée d'entrée par le jury de la Biennale de Flamenco à Séville. La durée originale de trois heures de ce spectacle a été réduite à la moitié, afin de concentrer l'émotion dégagée par ce grand moment. Galván s'est inspiré de sa famille, d'une part, et du film "Apocalypse Now", du réalisateur Francis Ford Coppola, d'autre part, pour nommer ce spectacle. C'est d'abord sa mère qui a baptisé la première partie de l'oeuvre, faisant référence à la fin du monde. "Redux" est un clin d'oeil à Coppola, Galván parlant du cinéma comme l'un de ses grands maîtres de la mise en scène, c'est donc à travers le geste et la liturgie cinématographiques que Galván a rendu hommage au rythme du Septième Art.

"Galván danse, et ses pas déclenchent un véritable tremblement de terre, des éclats d'une puissance incroyable", expliquent les programmateurs du Festival d'Avignon.

Un spectacle à couper le souffle. A ne pas manquer !
Si vous l'avez déjà vu vous aussi, venez en parler sur www.mopnantes !

Infos pratiques :
Israel Galván au Grand T
jeudi 5 janvier à 20h00
vendredi 6 janvier à 20h30
84, rue du Général Buat | 44000 Nantes
www.legrandt.fr

Source : Le Grand T; Israel Galvan; Festival d'Avignon, El País

Commentaires