Exposition de Playmobil à Nantes

MOP Nantes | Ivan Laforge | Moppé le 19/09/2012 à 16:59 | Mis à jour le 17/10/2012 à 10:55
Intérêts :
Partagez :

Mardi 18 septembre, à la médiathèque Floresca Guépin de Nantes (quartier Bottière), avait lieu un évènement particulier. Une montée des marches avec comme stars, non pas Brad Pitt ou Georges Clooney, mais des Playmobil.

Exposition de Playmobil à Nantes

 
Ces petites figurines en plastiques existent depuis 1974, elles ont traversé les générations sans se démoder. Elles restent un jouet intemporel, elles ont subi quelques modifications depuis leur création, mais les versions actuelles restent très proche des figurines originelles. Pour l’inauguration de l’exposition, « A quoi joue la médiathèque Floresca Guépin », les organisateurs ont eu une idée originale. Pour l’occasion, un tapis rouge était déroulé sur les marches de l’entrée. Chaque personne était invitée à venir avec son Playmobil pour cette montée des marches un peu particulière. Les petits comme les grands se sont donc rassemblés pour donner leurs quarts d'heures de gloire à leurs figurines. Tout cela c’est passé dans une certaine agitation enfantine, chacun voulant prendre son jouet en photo.
 


L’exposition ne consiste pas seulement en un déballement de Playmobil, dont une bonne partie est gracieusement prêté par la Ludothèque de Sainte Luce. Pendant quatre mois (du 18 septembre au 5 janvier) l’intérieur la médiathèque est habillé par le travail de deux photographes nantais. Bien qu’ils utilisent des techniques différentes, cela fait quelques temps que les Playmobil accompagnent OdilE et Bernard Vinceneux.
 
Bernard Vinceneux n’utilise que du numérique, il travaille sur la perspective. Les figurines sont toujours en premier plan et se mêlent à la vie qui les entoure, comme si elles faisaient parties de notre monde. Pour atteindre ce résultat l’artiste, photographie les Playmobil de très près avec une très grande profondeur de champ afin que l’arrière plan ne soit pas flou. Vous trouverez ces figurines dans toutes sortes de situations, dans des villes européennes, en bord de mer. Elles voyagent aussi dans le temps, vous les verrez au milieu des menhirs ou dans des plantes qui paraissent géantes.
 


OdilE, comme par opposition à Bernard Vinceneux, elle, utilise le sténopé. C’est en quelque sorte l’ancêtre de l’appareil photo. L’appareil est d’une simplicité extrême. C’est une boite dont l’intérieur est entièrement recouvert de noire mate, pour éviter la réflexion de la lumière. Une des faces de la boite est percée d’un trou minuscule, la face opposée est recouverte d’une pellicule photo. Du fait de la petitesse du trou, le temps d’exposition peut être très long. C’est justement là dessus que joue OdilE. Elle avait pour habitude de poser un court temps sur ces photos. Le résultat donnait l'impression qu’un fantôme apparaissait sur ces tirages. Puis un jour, elle a eu l’idée de donner des compagnons à ce fantôme. Les Playmobil sont, là encore, toujours au premier plan dans diverses situations. Le sténopé a pour particularité de rendre la photo un peu floue. Le mélange des Playmobil, de ce fantôme omniprésent et l'absence de netteté donne un aspect atmosphérique à chaque tirage. On ne sait pas vraiment si l'on est dans le rêve ou la réalité.
 
L’exposition inonde littéralement l’environnement de la médiathèque, mais ça ne s’arrête pas là, plusieurs animations sont organisées autour du thème des Playmobil jusqu’au 5 janvier. Je vous laisse découvrir le programme sur le site de la médiathèque nantaise.

Source : Ivan Laforge

Commentaires

Le 26/09 à 08:32 : Bravo pur cet article qui refète bien notre démarche sur notre travail photographique. Nos sites pour en savoir plus sur nos photos : odilE : http://www.odile-stenope.fr/ Bernard Vinceneux : http://www.vinceneux.fr/Photoblog/

Le 24/09 à 18:02 : Merci Ivan ! Visiblement, tu étais présent au vernissage... Les visiteurs semblent apprécier et partager le plaisir que nous avons eu à préparer cette exposition. Tant mieux !