Soirée Doc Danse à Nantes

MOP Nantes | angelabeuz | Moppé le 26/01/2012 à 15:26 | Mis à jour le 31/01/2012 à 09:30
Intérêts :
Partagez :

Trois jeunes réalisatrices nous ont présenté une soirée de documentaires sur la danse, dévoilant notamment les coulisses du dernier spectacle de Group Berthe, qui utilise la danse, la musique et le théâtre de rue pour parler des femmes...

Soirée Doc Danse à Nantes


Je crois qu'il faut vraiment féliciter Laure Chatrefou, Hoang Nguyen Le et Andrea Wasaf pour la réalisation des trois documentaires présentés vendredi derniers à La Maison de Quartier Madeleine Champs de Mars à Nantes. Ce travail est d'ailleurs également passé par le festival TranscenDanse, qui s'est avéré un vif succès.

La soirée a bien commencé avec "Apologie de la danse", un portrait d'une dizaine d'hommes et femmes jeunes et moins jeunes, des enfants même, qui nous parlent de ce qui les anime à danser. Avez-vous peur de danser ? Ce documentaire nous prouve que tout le monde peut danser, c'est une thérapie fantastique pour chasser la timidité, assumer son corps, exprimer sa joie ou sa colère, et même pour vaincre le "quand dira-t-on" lorsqu'on danse malgré un handicap physique !

"Les dessous de la nappe" c'est une sorte de making-of de la dernière création de Christine Maltète-Pinck, chorégraphe nantaise du Group Berthe. Vraiment intéressant de voir comment Christine a su "tisser" les liens d'une gigantesque nappe, grâce à l'aide de nombreuses femmes du quartier Madeleine Champs de Mars à Nantes et de plus loin (toutes bénévoles). Ces femmes n'ont pas seulement fait du crochet, elles ont également livré leurs états-d'âme sur des sujets de leur vie intime à la chorégraphe, afin de nourir le scénario du spectacle. Qu'est-ce qu'une femme aujourd'hui ? Sur scène, Christine est accompagnée de Laura, danseuse contemporaine espagnole (fidèle complice de la compagnie depuis sa création). Mais cette fois Group Berthe a su également convaincre Cécile non seulement de jouer de la guitare et de parler (ce qui est sa profession), mais aussi de danser, et comment !!  De même pour Chloé (technicienne), qui est également sur scène -et pas seulement à la régie- pour danser et nous dévoiler le point de vue d'une femme plus jeune sur la féminité.

Le portrait "Sur les traces de Flora Théfaine", chorégraphe d'origine africaine, s'est avéré particulièrement émouvant. C'est en effet grâce à la danse que Flora a réussi à vaincre l'immense tristesse qu'elle a éprouvée lorsque sa fille a disparu. Sans la danse, aujourd'hui, que serait-il advenu de Flora ?

Ces trois documentaires m'ont donné envie de danser !! Et bien sûr aussi, de voir les spectacles de ces deux chorégraphes. Alors suivons les compagnies Group Berthe, La Nappe, et aussi  Flora Théfaine sur le net pour ne pas manquer les prochaines représentations !

Source : Gwen Bretagne, Christine Maltète-Pinck

Commentaires