Uplift, magazine nantais dédié à la culture roots et reggae

MOP Nantes | Ivan Laforge | Moppé le 08/04/2013 à 18:37 | Mis à jour le 23/05/2013 à 18:06
Intérêts :
Partagez :

Les amateurs de reggae nantais connaissent sans doute l'association GetUp à travers les soirées qu'ils organisent, mais depuis quasiment un an elle soutien un autre projet, en format papier cette fois, le magazine Uplift.

Uplift, magazine nantais dédié à la culture roots et reggae

 
L'aventure Uplift a commencé en août 2011, lors du festival Garance (festival de reggae), avec la parution d'un numéro 0. Sous la forme d'un dépliant de 4 pages, ce numéro avait été fait pour tester les réactions des lecteurs vis-à-vis d'un nouveau magazine traitant de la culture roots reggae. Suite à tous les retours positifs, l'équipe d'Uplift décida de se lancer dans la rédaction d'un magazine complet.
Le numéro un sortit en avril 2012, il reprenait les quelques extraits d'interviews de la version test mais faisait cette fois-ci une quarantaine de pages.
 
Le magazine est centré sur la culture roots reggae, on trouve donc beaucoup d'articles musicaux, mais vous ne verrez pas de sujets sur le dance hall ou le reggae français. Ce choix éditorial est volontaire, Papayatik le directeur de publication nous l'explique : "Nous voulions faire des articles de qualité sur les sujets que nous maitrisons. Les retours, que nous avons eus du numéro test, nous ont montré que le public était demandeur de ce genre de sujets. Notre expérience, au sein de l'association GetUp, nous a montré que nous avions une légitimité pour aborder ces sujets".
Uplift traite de la culture roots, mais pas uniquement à travers le coté musical : "Nous voulons promouvoir la culture reggae au-delà de la musique et casser les clichés qui y sont attachés. Nous parlons des différentes générations d'activistes qui se sont succédé depuis la naissance du mouvement reggae. Nous interviewons aussi des écrivains et des photographes, se sont aussi des acteurs du mouvement".
 


Chaque numéro de ce magazine comporte un bon nombre d'interviews fleuves. "C'était important pour nous de faire de longues interviews pour mettre en valeur les artistes que nous rencontrons. Nous ne faisons jamais les interviews lors des soirées GetUp, elles servent juste à faire les prises de contact. Nous réalisons toujours les interviews après. Les artistes aussi préfèrent cette manière de fonctionner, cela nous permet de prendre notre temps et de faire un travail de qualité".
 
A l'origine le magazine était trimestriel, mais les contraintes de production les ont poussé à avoir recourt au crowndfounding (financement participatif). "Pour respecter les valeurs que nous défendons, il était important que le magazine soit produit dans des conditions qui respectent l'environnement. C'est pourquoi nous avons choisi un imprimeur local qui respecte des normes environnementales autant pour le papier que pour les ancres qu'il utilise. Ces choix de production prennent du temps et de l'argent".  A partir du troisième numéro Uplift est devenu un irrégulomadaire.  Le magazine est fait essentiellement par des nantais, mais il est distribué dans toute la France. Chaque numéro est tiré à 1000 exemplaires

Les anciens numéros sont encore disponibles sur le site d'Uplift, le prochain sortira mi-avril. A Nantes vous pouvez le trouver dans la boutique de Oneness Record ou à HydroRongo.

Source : ivan laforge

Commentaires