Ma-bimbo, amoursucré : des jeux vidéo en ligne nantais

MOP Nantes | aya | Moppé le 10/09/2011 à 09:23 | Mis à jour le 12/09/2011 à 13:50
Intérêts :
Partagez :

Depuis une semaine, un spot publicitaire diffusé sur TF1 fait la promotion de Beemoov, une jeune entreprise nantaise produisant des jeux vidéo en ligne.

Ma-bimbo, amoursucré : des jeux vidéo en ligne nantais


Ce spot fait la promotion d'Amour Sucré un jeu de drague en ligne dernier né de l'entreprise nantaise Beemoov.


Beemoov est une jeune société d'édition et de création de jeux virtuels en ligne, née en 2006.
Cette entreprise ne connaît pas la crise économique bien au contraire elle cartonne en France mais aussi dans le reste du monde.


Dans un contexte économique où les mots chômage, crise et dette sont omniprésents dans l'actualité, la fulgurante réussite de Beemoov suscite l'intérêt et fait bien des envieux.


En effet, Beemoov a été créé par deux jeunes étudiants nantais, Jean-Philippe Tessier et Benoît Guihard. Leur entreprise a été rentable dés sa création, ce qui est exceptionnel pour une nouvelle entreprise.
Autre point surprenant Beemoov est une entreprise qui travaille dans le secteur du loisir.
En effet, en temps de crise économique on pourrait penser que les familles auraient tendance à diminuer leur budget loisir et jeux vidéo pour se concentrer sur l'essentiel comme la nourriture et le loyer par exemple.


Plusieurs facteurs peuvent expliquer le succès des jeux vidéo de  Beemoov.

D'une part en présentant ses jeux comme étant des jeux vidéo gratuits, l'entreprise Beemoov a réussi à attirer un très grand nombre de jeunes joueuses même en période de crise économique. Car les jeux de Beemoov sont principalement destinés aux filles âgées de 10 à 30 ans. En effet, ma-bimbo.com, premier jeu vidéo de mode et Best Seller de Beemoov, repose sur le principe suivant : les joueuses habillent, nourrissent et divertissent leur''bimbo''. Près de 9 millions d'adolescentes jouent à ma-bimbo.com dans le monde .

L'inscription au jeu en ligne est certes gratuite mais très vite pour progresser dans le jeu les adolescentes doivent envoyer de nombreux SMS surtaxés.
La plupart des jeux de Beemoov fonctionnent de la même manière. Et visiblement ça marche.
Par ailleurs, le nom du jeu en ligne  lui même ''ma-bimbo.com'' a très certainement favorisé le buzz sur internet . Le mot ''bimbo'' est en effet à la fois péjoratif et attractif, évoquant l'idéal féminin pour une catégorie visiblement importante de jeunes filles à l'échelle internationale. Les développeurs du site ont très bien su cibler leur clientèles avec le terme ''bimbo'' à l'origine du buzz sur internet.

D'autre part, le choix de la ville de Nantes pour installer le siège de Beemoov a aussi son importance dans le succès de l'entreprise.
En effet, la ville de Nantes, sixième ville de France est une ville culturelle, dynamique et surtout très créative.
Ainsi, Nantes présente les avantages économiques d'une grande ville sans ses inconvénients. Si l'on compare Nantes à la capitale par exemple, on note que les prix de l'immobilier à Nantes sont très inférieures à ceux de Paris, le rythme de travail sans être paisible est plus détendu avec un turn over moins importants que celui de la capitale.
La proximité avec la mer est également un avantage non négligeable un peu à l'image de la sunbelt de l'autre côté de l'Atlantique.
En tant que ''ville étudiante'' Nantes fournit également des étudiants compétents notamment dans le domaine informatique et toujours à un coûts moins élevés que celui des développeurs parisiens.


Mais si le succès de Beemoov est indéniable on peut s'interroger sur les conséquences sociologiques des jeux vidéo en ligne  comme ma bimbo réduisant l'image de la femme à celle d' un être superficiel.
On peut se poser la même question pour amoursucré.com qui repose aussi sur les mêmes stéréotypes de la féminité.

Si vous ou vos enfants jouez à amoursucré.com ou ma-bimbo.com dites nous ce que vous pensez des conséquences de ce type de jeu sur la construction identitaire des jeunes filles?

                                                                         Crédit photo: ma-bimbo.com

Commentaires