Le bac d'histoire géo en première S à Nantes.

MOP Nantes | Ivan Laforge | Moppé le 20/06/2012 à 12:28 | Mis à jour le 27/06/2012 à 15:41
Intérêts :
Partagez :

En 2009 le gouvernement Fillon, avait provoqué une levée de boucliers des syndicats d’enseignants. Le sujet de discorde, la suppression de l’enseignement obligatoire de l’histoire/géographie en terminale scientifique.

Le bac d'histoire géo en première S à Nantes.


Cette année c’est la première fois que des élèves de première S passent des épreuves anticipées du bac dans cette matière. L’épreuve revêt la même forme que l’ancienne épreuve de terminale. Elle dure 4 heures et comporte une matière majeure et une mineure, qui sont tirées au sort avant l’épreuve. Les élèves ont le choix entre deux sujets de dissertation pour l’épreuve majeure. Pour la mineure c'est une analyse de documents et un croquis ou une carte quand la géographie est tirée comme matière mineure.
D’après le rectorat  de l'académie de Nantes « l’organisation d’une épreuve nouvelle ne représente en rien une difficulté pour l'académie, qui l'intègre de fait dans l'organisation générale des épreuves et mobilise en fonction, des salles, des surveillants et des correcteurs. Mais cela est compris dans la logistique globale du bac, et ne pose pas de problèmes. »

Je suis allé voir les élèves à la sortie de l’épreuve bac, devant le Lycée Guist’Hau de Nantes, pour savoir ce qu’ils avaient pensés de l’enseignement de l’histoire géo cette année.
Ils ont été unanimes pour me dire qu’ils n’avaient pas eu le temps de finir le programme et que la masse de connaissance à acquérir était trop grande. Auparavant les élèves des filières scientifiques avaient 2h30 d’histoire géo par semaine aussi bien en première qu’en terminale. Pour compenser la suppression de la matière en terminale, les premières S avaient cette année, 4h par semaine d’histoire-géo. Les candidats à l’épreuve anticipée du bac m’avouent qu’ils n’ont pas eu assez de temps pour tout réviser. « On avait 32 ou 33 chapitres, c’est trop dur d’assimiler ça sur un an » me déclare Victor et Blandine. Plusieurs lycéens m’ont dit qu’ils avaient appris les derniers chapitres sur polycopiés. Pour Raphaël pas de polycopiés mais 10 chapitres en 2 semaines. « On a pas le temps de rentrer dans le vif du sujet, on survole les cours en allant à l’essentiel ».
Léo et Guillaume ont eux une vision plus critique envers leurs professeurs : « Peut-être que les profs n’ont pas eu le temps de s’adapter à la réforme ». Il est vrai que les programmes ont changé depuis cette année. Cela peut demander un temps d’adaptation de la part des enseignants pour qu’ils adaptent leurs séances ?

Paradoxalement, s’ils sont tous d’accord qu’un an c’est trop court pour apprendre l’intégralité du programme, ils sont aussi globalement tous contents d’en avoir fini avec cette matière. Et quand on leur demande s’ils vont continuer l’année prochaine, tous les nantais m’on confier qu’ils en arrêtaient là avec l’histoire géo. Il n’y a que Laure qui m’a dit qu’elle continuait en terminale : « ça fait bien sur le dossier ».

Au final les élèves nantais que j’ai rencontrés ne trouvent pas que 4h d’histoire en première S charge trop leurs emplois du temps. « Le français ça ne prend pas tant de temps que cela à réviser du coup deux matières en première ça passe » selon eux. La plupart sont aussi contents car cela va leur permettre de prendre une option en plus pour le bac et la terminale. Beaucoup d’entre eux sont attirés par des matières plus artistiques comme l’art plastique, la musique ou le cinéma.
Seul Marie, même si elle n’affectionne pas l’histoire géo, trouve dommage pour la culture générale que l’enseignement ne soit pas obligatoire en terminale.

Dans tout les cas il est probable que se soit la seul promotion de première S qui passe le bac d'histoire géo sur un an. Vincent Peillon, le nouveau ministre de l'éducation nationale, a annoncé le 14 juin, qu'il allait revenir à l'ancien fonctionnement. Une année scolaire sera nécessaire pour assurer la transition.

Source : Ivan Laforge

Commentaires

Le 24/06 à 14:11 : Bien que le BAC soit très, très, loin de mon présent je me permets un petit avis. Certes cela libère en Terminale S un peu de temps pour une option qui peut être une ouverture sur la culture générale. Mais je pense que l’histoire et la géographie sont des bases générales qui peuvent permettre de mieux comprendre et mieux analyser, le présent tant au plan, géopolitique, que sociologique. Aussi mieux situer la société contemporaine dans l’évolution d’un pays. Alors pour avoir cette approche je pense que ces matières doivent à l’avenir être de nouveau enseignées tant en 1er S qu’en terminale S. Réformons, réformons, certes mais pour un mieux.