François Bayrou en meeting à Nantes

MOP Nantes | Caroline Pajot | Moppé le 18/04/2012 à 12:21 | Mis à jour le 20/04/2012 à 17:10
Intérêts :
Partagez :

C'est devant environ 1 500 personnes que François Bayrou a tenu son meeting hier à Nantes, 5 jours avant le premier tour des présidentielles 2012. Il a longuement abordé le problème du surendettement de la France, et a déploré les déficits du pays là où nos voisins européens font des bénéfices.

François Bayrou en meeting à Nantes


« La France est dans l'inquiétude » : dès le début du meeting, François Bayrou donne le ton. Le candidat a très vite accusé ses adversaires d'user de diversions (la réforme du permis de conduire, l'étiquetage de la viande halal...) pour détourner les Français des vraies questions de notre démocratie.« La politique zapping est l'ennemi de la Démocratie ». Pour François Bayrou, la priorité doit être donnée à l'emploi et aux retraites des citoyens.

Le candidat du Modem s'est ensuite attaqué aux 70 milliards d'euros de déficit commercial du pays l'an dernier, alors « il y a 5 ans, on était encore auto-suffisants ». François Bayrou a comparé la situation de la France à celle de l'Allemagne et du reste de l'Europe : « eux accumulent les bénéfices, nous accumulons les pertes », déplore-t-il. Il ajoute : « nous, Français, seuls dans cette situation en Europe, sommes incapables de rivaliser avec nos voisins. Je suis là pour que ça change ». François Bayrou se veut le candidat du redressement, et non pas de l'austérité.
Pour cela, il propose un plan pour développer les emplois et les ressources « filière par filière ». Bois, textile, tourisme : selon lui la France n'a pas su faire des efforts de formation et de présentation de ces métiers. Aujourd'hui, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne nous ont dépassé dans ces domaines.

François Bayrou a terminé son meeting nantais en proposant des lois qu'il compte mettre en place s'il est élu. Pour les salariés, il souhaite que l'entreprise n'appartienne plus seulement aux actionnaires, mais aussi aux salariés. Selon lui « les intérets des salariés et des employeurs ne sont pas différents ». À ce même titre il projette de faire entrer les représentants des salariés aux conseils d'administration des entreprises de plus de 500 salariés, avec un droit de vote.

François Bayrou s'est exprimé en faveur d'une « moralisation de la vie publique » et ceci dès les législatives. Les députés devront être présents lorsqu'ils votent à l'Assemblée, et ceux-ci seront rendus publics. Le cumul des mandats pour les députés sera également proscrit.  Enfin, le candidat du Modem veut  reconnaître la validité du vote blanc, comptabilisé aujourd'hui comme un vote nul : « le vote blanc n'est pas moins citoyen » précise-t-il au public nantais.

Étiez-vous au meeting de François Bayrou à Nantes ? N'hésitez pas à nous laisser vos impressions en commentaires.

Source : Ivan Laforge, Caroline Pajot

Commentaires