Manisfestation de police à Nantes.

MOP Nantes | Ivan Laforge | Moppé le 11/05/2012 à 17:41 | Mis à jour le 16/05/2012 à 12:07
Intérêts :
Partagez :

D’habitude, lors d’une manifestation la police est présente pour maintenir l’ordre pas pour protester. Aujourd’hui les fonctionnaires de police ont bravé leur interdiction de manifester pour se réunir devant l’entrée de la Préfecture de Nantes.

Manisfestation de police à Nantes.


Le 26 avril Damien, un policier de Seine Saint-Denis, est inculpé pour « homicide volontaire » pour avoir abattu, dans l’exercice de ces fonctions, un multirécidiviste. Cette mise en examen fut la goutte d’eau qui a fait déborder le vase dans le monde policier. Selon la police cette décision est injuste et met en lumière le malaise qui règne dans ce corps de métier. Selon eux, l’inculpation est une décision politique des magistrats.

C’est la deuxième fois, à Nantes, qu’ils manifestent pour protester. La première fois « plus de deux cents policiers nantais s’étaient rassemblés spontanément, devant le commissariat central de Nantes » selon Presse Océan. Ce vendredi, ils étaient entre 100 et 150 devant la Préfecture pour faire entendre leurs revendications.
La revendication principale, des deux syndicats présents (Alliance et Unité Police), est d’aligné leur statut, vis-à-vis de la légitime défense, sur celui de la gendarmerie. Depuis le 1er janvier 2009 la police et la gendarmerie dépendent du même ministère, celui de l’Intérieur. Les policiers estiment donc qu’ils devraient avoir les mêmes prérogatives pour la légitime défense que les gendarmes (Art. L2338 du Code de la défense). Pour l’instant ne s’applique pour la police que l’art 122.5 du Code Pénal. C’est le même texte qui est appliqué à tous les citoyens.
L'une des autres revendications de la manifestation, est la suspension de la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) qui les pénaliserait. En cause le non remplacement d’un départ sur deux. Les effectifs sont donc en baisse. Cela nuirait à la qualité du travail et augmenterait le stress de leur travail.


Stéphane Léonard (secrétaire régional d'Unité Police) et Thierry Spitz (Secrétaire régional d'Alliance)

Les responsables syndicaux nantais devaient être reçus par le Préfet dans l’après-midi. Ils attendent aussi la nomination du nouveau ministre de l’Intérieur et de la Justice pour connaître leurs positions sur la modification de la loi.

Mardi 15 mai, une nouvelle manifestation spontanée c'est tenu devant le commissariat central Waldeck Rousseau à Nantes. Vers midi environ 200 policiers se sont réunis en soutien de sept de leurs confrères qui ont été bléssés dans la nuit de dimanche à lundi à Nantes. Les deux syndicats de police, présents lors du 11 mai, ont aussi réaffirmé leurs revendications lors de cette manifestation. Sept policiers ont été percutés, par deux voitures conduites par des mineurs, au niveau du pont Gérard Audibert. Un des conducteurs s'est ensuite jeté dans la Loire. Il est encore maintenant porté disparu.

Pensez vous que cette modification de loi est légitime ? Selon vous le statut des policiers doit-il changer ou rester ainsi ?

Source : Ivan Laforge

Commentaires