Nantes/ St Nazaire : ouverture du procès de Total

MOP Nantes | aya | Moppé le 06/10/2011 à 12:19 | Mis à jour le 11/10/2011 à 13:12
Intérêts :
Partagez :

Mardi matin le procès de la raffinerie Total de Donges a débuté à Saint-Nazaire.

Nantes/ St Nazaire : ouverture du procès de Total


En effet, l'estuaire de la Loire a été pollué en 2008 en raison d'une fuite de fioul. C'est suite à cette affaire de pollution que la raffinerie de Total, située à Donges à proximité de Nantes , comparaissait devant le tribunal correctionnel de Saint-Nazaire ces mardi et mercredi.
Environ 180 m3 de fuel se seraient échappés d'une canalisation endommagées lors du chargement d'un navire en 2008. Le fioul s'étaient répandus jusque sur les Côtes vendéennes. Il a fallu près de quatre mois pour nettoyer 90 km de côtes.

Dans ce procès Total est représenté par l'ancien directeur de la raffinerie de Donges Jérôme Dupont. Face à lui une vingtaine de parties civiles dont le conseil général de Vendée, le conseil régional des Pays de la Loire et plusieurs associations de défense de l'environnement notamment LPO la Ligue de Protection des Oiseaux.
Le procès qui a débuté mardi matin a pris du retard, l'expert ne s'étant pas présenté devant le tribunal de Saint-Nazaire, le procès n'a repris que mercredi matin.
C'est dans un véritable dialogue de sourds que se sont opposés mercredi le parquet de Saint-Nazaire, les parties civiles et la défense du groupe Total.

A l'issue de ce deuxième jour d'audience au tribunal correctionnel, le président a indiqué que la décision mise en délibérée sera rendue le 17 janvier 2012. Une peine d'amende de 300 000 euros contre Total a été requise par le procureur pour sa négligence dans la prévention des risques.
C'est l'organisation de Total qui a été mise en cause lors du procès. La raffinerie a été accusé d'avoir négliger l'entretien de la tuyauterie abîmer depuis 2004 alors que l'entreprise en était parfaitement informée. Total a également été critiqué pour son manque de surveillance, en raison du manque de personnel. Mais c'est surtout le fait que Total n'ait pas donné les informations aux autorités pour prendre les mesures nécessaires afin d'éviter que la pollution n'affecte 38 villes qui a engendré la colère du procureur.

Total se défend face à toutes ces accusations. La défense a plaidé selon l'AFP le ''strict respect de la réglementation en vigueur'' et la pollution accidentelle ainsi que la réparation de cette pollution. La raffinerie n'accepte pas en revanche d'indemniser des parties civiles car selon Total ''on ne peut pas demander réparation d'un préjudice pour des choses qui sont réparées''.
Face à ces déclarations la réaction des parties civiles était complexe. En effet, Total ayant proposé dès 2008 l'indemnisation des collectivités et personnes touchées par la pollution, plusieurs communes ayant acceptées l'indemnisation, elles n'ont pas porté plainte.
Au terme de ce procès, l'incertitude demeure. On ne connaît toujours pas la quantité de fioul exacte deversée dans la Loire, ni tous les lieux contaminés. On peut imaginer qu'une bonne partie de la région nantaise ait été contaminée par cette pollution.

Le procès de Total, une affaire à suivre, encore et toujours...

Nantais, qu'en pensez-vous?



Commentaires