Philippe Poutou à Nantes

MOP Nantes | Caroline Pajot | Moppé le 30/03/2012 à 17:10 | Mis à jour le 02/04/2012 à 15:09
Intérêts :
Partagez :

Philippe Poutou, candidat NPA aux présidentielles 2012, a tenu un meeting hier soir à Nantes. Il a entre autres abordé le problème de l’écologie et dénoncé la dégradation du service public.

Philippe Poutou à Nantes


C’est par une intervention du Mouvement des Objecteurs de Croissance que le meeting de Philippe Poutou à commencé : le NPA donne l’occasion au MOC de s’exprimer en faveur d’une décroissance des inégalités sociales et de l’empreinte écologique.
Philippe Poutou et deux représentantes du NPA ont ensuite pris la parole tour à tour. L’écologie était au centre des préoccupations : le NPA prévoit une sortie du nucléaire en 10 ans, avec l’arrêt immédiat des réacteurs anciens, l’arrêt immédiat des nouveaux projets en cours et de l’enfouissement des déchets radioactifs.
Il s’agit également de recentrer la production sur nos vrais besoins. Philippe Poutou souhaite instaurer un service public de l’énergie, favorisant les énergies renouvelables et le transfert gratuit de ces énergies vers les pays dits du Sud. En ce qui concerne l’agriculture, le NPA vise l’interdiction progressive des engrais, des pesticides et des OGM. Il s’agit par ailleurs de rapprocher l’agriculture des lieux de consommation en favorisant les circuits courts.
La situation en Grèce a également été évoquée : dénonçant une politique qui épargne les plus riches. Le Nouveau Parti Anticapitaliste appelle à l’expropriation et la renationalisation des banques et à la construction d’une alternative politique.
Devant les Nantais, Philippe Poutou a déclaré vouloir porter la voix de la révolte, du féminisme, de l’antiracisme, et de l’anti-impérialisme. Il a ainsi défendu le droit à l’autonomie des anciennes colonies, des DOM-TOM et des régions comme la Corse ou la Bretagne.

Enfin, Philippe Poutou a déclaré « Il faut dégager Sarkozy et toute sa bande ! ». Il a terminé son meeting en déclarant que même s’il n’était pas élu, ce ne serait pas « la fin de la lutte » et qu’il appellerait à un rassemblement des militants d’extrême gauche pour qu’ils se regroupent sur des sujets commun.

N’hésitez pas à partager vos impressions en laissant un commentaire ci-dessous.

Source : Ivan Laforge et Caroline Pajot

Commentaires