Les zombies marchent sur Nantes

MOP Nantes | Ivan Laforge | Moppé le 19/10/2012 à 17:09 | Mis à jour le 05/11/2012 à 17:07
Intérêts :
Partagez :

Hier soir les rues de Nantes ont été envahies par une horde de zombies. Cela fait quatre ans maintenant, qu'à cette période de l'année des zombies déferlent sur les rues nantaises. Visiblement rien ne les arrêtent puisque c'est sous la pluie qu'ils ont défilé cette année.

Les zombies marchent sur Nantes

 
Le rendez-vous avait lieu à 17h au cinéma Katorza pour une séance de maquillage offerte par une école de coiffure et d'esthétisme. Le départ de la parade c'est fait vers 19h30. Une bonne centaine de zombies a emboité les pas du groupe musical Coroçao do Brasil, eux aussi grimés pour l'occasion. Ils ont descendu la rue Crébillon en faisant un détour par le passage Pomeraye pour rejoindre la place du Royale. Ils se sont ensuite dirigés vers la place du Commerce, puis remonté un bout du Cours des Cinquante Otages.
Pendant le parcours, certains zombies ont essayé de croquer un ou deux badauds sans pour autant y parvenir, d'autres se sont heurtés aux vitrines des quelques commerçants qui n'avaient pas encore fermé boutique. Tout cela dans la joie et la bonne humeur et devant des spectateurs nantais amusés de voir autant de personnes bravées la pluie, pour vivre dans la peau d'un zombie le temps d'une marche.
 



Afin de recréer une vraie ambiance de film de zombies les participants ont joué le jeu en se déguisant des pieds à la tête. Beaucoup étaient habillés avec des vêtements déchirés, mais on pouvait aussi retrouver un marin avec une joue en moins, des ouvriers de chantier dépourvus de nez ou encore un dandy au tient plutôt livide.
 


La soirée c'est poursuivie par la projection au Katorza de deux films du genre, Cockneys vs Zombies et Zombie Ass : Toilet of the Dead.
 
Si vous êtes fan de cet univers, l'absurde scéance qui organisait le défilé, propose toute les deux semaines des films de série B, des nanars, des films cultes, des films asiatiques et autres perles rares en tous genres.

Source : Ivan Laforge

Commentaires