FC Nantes : deux minutes à oublier

MOP Nantes | fabienburgaud | Moppé le 25/10/2011 à 11:30
Intérêts :
Partagez :

Deux minutes. Deux minutes de déconcentration pour le FC Nantes. C'est le temps qu'il aura fallu aux Boulognais pour renverser un match qui ne leur souriait décidément pas, à l'image de cette tête sur la transversale (41e). Une faille temporelle dans les esprits nantais où une incroyable passivité est venue entachée un match qui relevait de la copie parfaite. En menant rapidement au score par Martins Peirera (25e), Nantes s'est progressivement installé dans le camp des locaux jusqu'à voir se dessiner une partie de handball où chaque perte serait un contre fatal.

FC Nantes : deux minutes à oublier


Et justement c'est sur ces contres que Nantes s'est montré trop fébrile. Avec un Aurélien Capoue, entré en seconde mi-temps, Reset et Allart, Boulogne avait de quoi inquiéter l'arrière-garde nantaise, jusque-là irréprochable. Mais voilà, à force de manquer les balles de but, le FC Nantes s'est fait fait peur jusqu'au bout et s'est fait presque logiquement punir. «Perdre en deux minutes, c'est compliqué, c'est difficile. » dixit le capitaine nantais Vivian, lucide. Mais de là remettre tout en question ? « C'est le foot, il faut l'accepter. Il faut pas non plus que ça fasse oublier ce qui a été fait auparavant. » répond Chauvin, lui aussi, lucide.

« On est passé d'une belle joie, vendredi dernier à une déception » racontait le coach nantais après le match. Une déception encore plus accrue quand on sait que Boulogne n'a pas été dangereux pendant quarante minutes, mais le stade de la Libération a vu ses joueurs se surpasser pour ne pas subir une troisième défaite à domicile. « On avait du mal à retrouver notre technique dans le jeu, trouver des décalages. C'est à force de courage et de volonté qu'on a su revenir. Ca a fini par payer » ajouta Plancque, remplaçant d'Estevan. Une volonté qui a manqué aux Nantais, qui s'étaient presque vu trop beaux, mais deux coups de Reset (une passe décisive et un but) ont entamé le moral et la belle série nantaise (six matchs sans défaite au coup d'envoi).

Et si ce n'était qu'un « coup du sort » ? Le FC Nantes a perdu, certes, mais la qualité était au rendez-vous, comme sur le but, où une action d'école est venue récompenser une première période dominée de la tête et des épaules par des Canaris inspirés. Avec Trebel suspendu, et un 4-4-2 où la priorité semblait être la défense, Nantes n'a pas a rougir, loin de là. « Nantes a été supérieur en première mi-temps. Nous n'étions pas dans un grand soir ». Plancque cache là un bel euphémisme, car marquer deux buts à la 82e et 84e, et faire preuve d'une telle abnégation, cela relève de la soirée idyllique.

La venue de Lens à Nantes, en match décalé le 31 octobre, permettra d'en savoir plus face à un adversaire encore en plein doute. Une bête blessée, qui reste néanmoins dangereuse, mais une chose est sûre, la Beaujoire verra un record d'affluence tomber. Et la soutien des supporters du FC Nantes ne sera pas de trop pour aller se rapprocher du podium.

Commentaires