FC Nantes : que de frayeurs !

MOP Nantes | fabienburgaud | Moppé le 01/11/2011 à 11:30
Intérêts :
Partagez :

Qui dit soirée d'Halloween dit frissons. Et de côté là, la Beaujoire et les supporters du FC Nantes ont été plus que gâtés. Des sueurs froides quand Zelazny repoussait les assauts lensois, quand Nantes perdait ses duels et ne semblait en mesure de ne rien pouvoir développer. Mais la palette émotionnelle du match est plus que fournie et a offert aux 30.000 spectateurs un spectacle, au suspense Hitchcockien.

FC Nantes : que de frayeurs !


Et à ce petit-jeu là, Nantes a su venir à bout d'une équipe Lensoise très bien organisée et qui a souvent mis à mal la défense nantaise. Mais l'arrière-garde jaune et verte a pu compter sur un Erwin Zelazny des grands soirs. Profitant de la blessure de Riou, le jeune portier a su repousser les tentatives du RCL et s'imposer dans les airs. Rassurant, le jeune Zelazny poursuit sa belle série d'invincibilité dans les cages du FCN. Aucun but pris lors de ses deux titularisations et une copie parfaite, c'est un beau duel qui se profile à l'horizon, et surtout l'incertitude sur le nom de de celui qui gardera les buts nantais à Troyes.

Car s'il a été irréprochable, Zelazny n'a pu compter sur une défense des plus sereines. De son banc, Landry Chauvin, l'entraîneur du FC Nantes n'a pu que constater les dégâts. « On s'est fait bouffé physiquement en première période, on a pu voir toute la différence entre une équipe de Lens plus expérimenté qui n'est pas à sa place ». D'une faiblesse affligeante, les Nantais, sous les sifflets, rentraient aux vestiaires sur un score de parité. Ce qui relève presque du miracle.

Un miracle qui a tutoyé la réalité lorsque Raspentino est allé battre Fabre d'une reprise pleine de conviction (74e). Un but venu enrayer la machine lensoise et qui a eu le don de réveiller une Beaujoire remplie comme jamais. Les olas n'ont su dissiper les craintes d'un retour des Lensois dans le dernier quart d'heure. Mais ce soir, les hommes de Garcia n'imiteront pas leurs voisins Boulonnais et s'inclineront, non sans regrets.

«Ca fait du bien ce but, c'était très compliqué jusque-là », le buteur nantais du soir, Florian Raspentino, est bien conscient que le succès de son équipe relève presque du hold-up parfait. Et le sauveur du FC Nantes a bien une raison pour expliquer un premier acte désastreux : « Avec ce public, nous étions sous pression ». Quand on sait que seuls Gerland et le Parc des Princes ont fait mieux au niveau de l'affluence, les jeunes avaient de quoi angoisser. Pas pour Landry Chauvin qui a su remotiver ses troupes : «Je leur ai dit que vous faîtes ce métier pour vivre ce genre de moments, alors surtout ne le regretter pas et donner et le public ne vous reprochera rien». Une ovation finale pour les joueurs du FCN et des olas plus tard, c'est une belle communion qui est née ce soir. La Beaujoire a été le théâtre d'une réconciliation entre l'équipe et son public.

Niveau comptable, cette victoire permet à Nantes de recoller au wagon de tête, à trois points du podium. Un résultat qui relance les Canaris, qui ont su rebondir après leur déconvenue à Boulogne. Une donnée importante. Qui disait que les grandes équipes ne perdaient pas deux fois de suite ?

Injustement, les Lensois repartent bredouille de leur déplacement en Loire-Atlantique, et poursuivent une chute vertigineuse qui les emmènent dans la zone rouge, avec un ex-pensionnaire de Ligue 1, l'AS Monaco. Et justement, ce sera contre les monégasques que les Nantais tenteront de consolider une solide série à domicile (quatre victoires). D'ici là, le FC Nantes ira défier Troyes vendredi prochain. En espérant une soirée sans frissons.

A lire aussi :

FC Nantes – Lens : Raspentino délivre Nantes (1/0)

Commentaires

Le 01/11 à 16:05 : Oui. Un début de communion, les joueurs étaient comme des momes à la fin du match. Le public a senti la pression des joueurs et l'a soutenu mais il ne se satisfera pas d'une copie pareille trop souvent. La défense a tenu et sauvé les meubles, c'est surtout les jeunes milieux qui étaient tétanisés et inexistants, ne proposant que peu de solutions. En plus à Lens il y avait quelques bons jeunes joueurs (Kondogbia, Baal, Sow)qui les ont pris techniquement, physiquement et en vitesse. Mettons cela sur le compte de l'émotion...A noter que l'abitre a considérablement ralenti le jeu en blalatant.Un prochain débat (peut etre un peu tot) sur le besoin de se renforcer ou non au mercato d'hiver??