Les embouteillages à Nantes, ça vous parle?

MOP Nantes | Chloé Martineau | Moppé le 06/04/2012 à 16:15 | Mis à jour le 10/04/2012 à 16:26
Intérêts :
Partagez :

Nantes est une bien jolie ville où il fait vraiment bon vivre, n'est-ce pas ? Oui, mais Nantes possède néanmoins un titre un peu moins glamour et prestigieux : celui de la ville la plus embouteillée de France.

Les embouteillages à Nantes, ça vous parle?

 

Vous en faîtes peut-être vous aussi les frais... Aux heures de pointes, le matin entre 7h30 et 9h30, et le soir entre 16h30 et 19h, les coups de freins, les klaxons et les insultes vont bon train dans Nantes et son agglomération. Et même si on a pris l'habitude de ces dérangements de la vie quotidienne, partir une heure en avance (au lieu d'une demie heure en tant normal) pour arriver à temps au boulot ou à la fac, c'est quand même pénible. On sait que la politique de Jean-Marc Ayrault est de limiter la circulation des voitures en centre ville, mais la situation, pour ceux qui n'ont pas vraiment le choix peut rester problématique.
 

Ma solution ? Le relais tram. Après avoir pris la voiture de mon domicile jusqu'à Pirmil, où le stationnement est gratuit, je monte dans le tramway jusqu'à ma destination finale. Pas de gains de temps, mais une économie de gasoil… (A ce propos, consultez l'article « Trouvez un parking à Nantes » de Caroline Pajot).
 

Côme, étudiant de 22 ans, à adopté une solution plus radicale. Originaire de Haute-Goulaine, le jeune homme se retrouvait bloqué dans les embouteillages matin et soir. « Ce n'était plus possible », me confie-t-il. « Du coup, j'ai pris un appartement en ville, ai adopté le vélo, et je double sereinement les voitures jusqu'à mon lieu de stage actuel, à Sillon de Bretagne ».
 

Clément, chargé de référencement de 25 ans, est lui aussi devenu un adepte du vélo. « Comme j'habite dans le centre de Nantes, je n'utilise que très rarement ma voiture. Et quand je dois partir en Bretagne, je pars tard le soir pour éviter à tout prix les bouchons. Je m'adapte ! », déclare-t-il.
 

« Etant donné que je connais les routes de la région, j'arrive souvent à éviter les bouchons, et j'organise mon travail en fonction des heures et des embouteillages ». me raconte Christian, 47 ans, chauffeur routier. Résidant dans la banlieue nantaise, celui-ci se voit obligé de prendre son véhicule pour embaucher à St Herblain : « en commançant à 5h30 le matin, il est difficile d'emprunter les transports en commun. Mes collègues et moi n'avons pas les mêmes heures de débauche, le covoiturage n'est donc pas envisageable non plus ».
 

Quelle solution serait-alors nécessaire pour améliorer la circulation à Nantes et en périphérie ?
« En centre-ville, la situation est beaucoup mieux qu'il y a quelques années, grâce à la limitation du trafic routier, aux files uniques, aux réseaux de transport en commun... », continue Christian. « Mais au moins 1 ou 2 autres ponts sont indispensables à une meilleur circulation (par exemple au niveau de Couëron et Savenay) : le pont de Cheviré est saturé. »
 

 

Et vous, êtes-vous confronté aux embouteillages, et comment vous organisez-vous? Quelles solutions et/ou aménagements vous paraissent aujourd'hui nécessaires à Nantes ?  

Source : Chloé Martineau

Commentaires