Implantation du futur aéroport de Nantes : faut-il un référendum?

MOP Nantes | clothilde mio | Moppé le 08/09/2011 à 09:17 | Mis à jour le 08/09/2011 à 17:37
Intérêts :
Partagez :

Le projet du grand aéroport de l'Ouest est envisagé depuis une quarantaine d’années. Le 15 octobre 2003, le gouvernement a donné son accord au lancement des études en vue de la procédure de déclaration d'utilité publique du futur aéroport de Nantes. Le Décret d'utilité publique a été publié au Journal officiel du 10 février 2008. Il n’y a jamais eu de référendum sur cette implantation. On peut s'interroger sur l'aspect démocratique de ne pas avoir organisé un référendum sur l’implantation du futur aéroport de Nantes.

Implantation du futur aéroport de Nantes : faut-il un référendum?

Selon vous, faudrait-il un référendum?
 
Depuis la parution du décret, il semble difficile aux opposants de faire entendre leur voix. Régulièrement des actions, manifestations ou réunions sont organisées afin de protester contre l'implantation du futur aéroport de Nantes sur le site de Notre-Dame-des-Landes.
         
Ce projet fait l'objet de contestations émanant de plusieurs citoyens, élus locaux, associations de défense de l'environnement et de plusieurs partis politiques. Europe-Ecologie-Les-Verts, le PCF et le Front  National entre autres y sont officiellement opposés pour des raisons diverses. Si une partie des contestataires cherche bruyamment à faire en sorte qu’on les écoute, personne ne connait réellement le taux de population favorable à ce futur aéroport nantais.
 
Certains estiment qu'il est contraire aux objectifs du Grenelle de l'environnement de favoriser le développement du transport aérien, d’autres s’inquiètent des flux qu’un aménagement de cette taille peut générer en Loire Atlantique… On évoque aussi la destruction de terres agricoles, l'augmentation des impôts locaux, l'impact du transport aérien sur l'effet de serre et la sous-utilisation des autres aéroports de la région.
 
D'autres indiquent que le futur aéroport de Nantes générera une activité économique très importante. Il permettra sans conteste de favoriser le développement du Grand Ouest. L’aéroport Nantes Atlantique est considéré comme trop proche de la ville, ce qui apporte des nuisances sonores en centre ville. L’actuel aéroport de Nantes gêne à cause des passages au dessus du centre ville. En outre, le futur aéroport de Nantes, prévu sur le site de Notre-Dame-des-Landes, se réclame très écologique puisqu’il est sensé utiliser des matériaux moins polluants…Ce qui reste des prévisions puisque Vinci, l’entreprise actionnaire majoritaire du projet, mettra en place un observatoire environnemental. La société assure que l’environnement sera protégé ou que des espaces naturels seront restaurés.
 
En matière d’exploitation des espaces concernés, un protocole d'accord a été signé en 2007 entre la Chambre d'agriculture de Loire-Atlantique et l'Etat. Il prévoit les conditions d'indemnisation ou de réinstallation de tous les exploitants concernés par le transfert de l'aéroport. L’Etat a aussi mis en place un système d’indemnisation des habitants de la zone à évacuer, leur logement doit être racheté au prix du marché.
 
L’actuel aéroport de Nantes ne sera plus utilisé qu'en tant qu'aéroport de frêt dès lors que Notre-Dame-des-Landes ouvrira ses portes. Ce changement d'utilisation, comme l’implantation de lignes ferroviaires supplémentaires entre Nantes et Rennes pour desservir le futur aéroport, n’avait pas été mentionnée dans le débat public organisé il y a quelques années déjà. Vinci admet qu’elle était envisagée depuis une vingtaine d’années et que l’Etat a donné son accord en 2000. Isabelle Loirat, conseillère modem de la mairie de Nantes écrit dans son blog qu’il n’était à l’origine, pas question de ce train ni de fermer Nantes Atlantique aux vols réguliers.
 
Le débat public s’est tenu de décembre 2002 à mai 2003 puis une enquête publique du 18 octobre au 30 novembre 2006 a été effectuée. Ces mesures ont remplacé un possible référendum, pour des questions de légalité et de mise en place compliquée….
.
Il ne s'agit pas ici de relancer le débat sur la nécessité réelle ou fictive d'une telle construction, mais aux vues du nombre de manifestations ou actions qu'on peut observer à la défaveur du projet, force est de constater qu'une partie de la population concernée y est toujours très hostile.
Et finalement n'est-elle pas la plus concernée par la question ?

Entre ces arguments pour et contre le projet du futur aéroport de Nantes, pensez-vous qu'un arbitrage via un référendum puisse être une bonne option?

Débat public n'a pas véritablement signifié en ce cas consultation de l'opinion populaire, il s’est déroulé dans des conditions sommes toutes restrictives. Pensez-vous qu'il est toujours temps d'étudier les possibilités d'un référendum ?

Juridiquement parlant, une telle démarche serait complexe à mettre en place. Aussi, la décision de construction d’une grande infrastructure ne relève pas du champ de question sur lequel le Président peut se prêter à cet exercice. Le référendum décisionnel local dans un champ de compétence des collectivités est difficile à appliquer car les enjeux de cet aéroport sont nationaux et internationaux.
De plus l’Etat en appelle au bon sens pour ne pas organiser ce dit référendum : le résultat ne dépendrait que d’un champ géographique limité, et un référendum n’appelle pas à la discussion.

Cependant, si on pose la question aux associations qui craignent cette implantation, la réponse est oui, sans surprise. Dès lors qu'on se place du côté des acteurs économiques du projet, l'opinion change fatalement.

Alors, comment effectuer un arbitrage entre ces différentes parties? Un référendum est-il une bonne solution? 

Et vous, qu'en pensez-vous? Concernant l'implantation du futur aéroport de Nantes : faut-il un référendum ou non selon vous? Et pourquoi?

 
 

Commentaires

Le 09/09 à 15:24 : je pense qu'il faut demander l'avis du pauple car : c'est le peuple qui va financer il subira les conséquences(pollution sonore, plus de monde dans la région...) L'argent dépensé dans ce projet (inutile) peut servir à soutenir des hopitaux, des associations, bref, etre vraiment utile. Peut on encore se permettre de créer de telles structures apres tout ce qu'on construit, puis démantele, puis reconstruit...? Il est temps de réfléchir ensemble à des projets raisonnables,qui n utilisent pas de ressources naturelles non renouvelables, qui n'empietent pas sur des terres fertiles...

Le 07/09 à 14:16 : si il y avait un referendum, seul les oppposants s'exprimeraient, personnelement je suis pour mais je ne me deplacerai pas pour le montrer.

Le 07/09 à 11:48 : Je vis dans ma bulle pleine d'utopies magnifiques mais demander à la population ce qu'elle en pense sur des sujets comme celui-là ne serait pas la moindre des choses?