Rénovation du quartier des Dervallières de Nantes, quel avenir pour cette cité?

MOP Nantes | aya | Moppé le 01/10/2011 à 10:09 | Mis à jour le 17/10/2011 à 17:32
Intérêts :
Partagez :

D'après le n° de septembre de Nantes Passion la cité des Dervallières en pleine rénovation attirerait de nouveaux locataires et même de jeunes propriétaires.

Rénovation du quartier des Dervallières de Nantes, quel avenir pour cette cité?

A en croire cet article on a la nette impression que le vallon des Dervallières est en train de devenir un lieu idyllique où il ferait bon vivre.
Une chose est sûre, l'image paradisiaque décrite dans le n°216 de Nantes Passion contraste fortement avec la réputation de cette cité. En effet, la cité des Dervallières est connue pour être un des quartiers les plus difficile de la ville. Par ailleurs, les habitants que nous avons rencontrés la semaine dernière nous ont clairement exprimé leur désir de quitter la cité dès qu'ils en auraient la possibilité. Ce constat nous amène à nous interroger sur les deux grands objectifs de cette rénovation.

La mixité sociale et le désenclavement souhaités par les rénovateurs ont-ils des chances d'aboutir?
La nouvelle cité attirera -t-elle de nouveaux habitants?


Les transformations en cours dans la cité des Dervallières:

Cette cité d'habitat social construite entre les années 1950 et 1960 au nord-ouest de la ville de Nantes est visiblement en train de changer de visage. Les longues barres d'immeubles qui donnaient des allures de forteresse au quartier ont été démolies entre 2006 et 2008. Elles sont progressivement remplacées par des immeubles plus petits à l'architecture particulière. 75, 7 millions d'euros ont été alloués à ce projet de renouvellement urbain, soutenu par l'ANRU, Agence nationale pour la rénovation urbaine, les bailleurs sociaux, Nantes Métropole, la ville de Nantes, la région et les départements.

L'un des objectifs du projet est de mettre en valeur l'environnement du vallon des Dervallières.
En effet, pendant de nombreuses années les barres d'immeubles uniformes masquaient ce parc vallonné de plus de 16 hectares, peuplé d'arbres centenaires et bordé par le cours d'eau de la Chézine. Le parc va lui aussi subir les rénovations. D'ailleurs tout le monde est invité à participer à la réflexion sur son aménagement.
Les espaces verts doivent devenir des lieux de rencontre pour les habitants du quartier et les visiteurs. A terme ces espaces publics ont vocation à inciter les habitants à s'impliquer dans le milieu associatif. Concernant l'habitat social, plusieurs modifications sont en cours aux Dervallières. Sur le vallon 400 nouveaux logements sont en construction. L'habitat social sera désormais individualisé et plus varié, il n'est plus question de construire des appartements standardisés comme cela se faisait dans les années 1960. C'est dans cet esprit que Nantes Habitat vient tout juste d'inaugurer deux petits immeubles singuliers : ''les passerelles du vallon''. Ces nouveaux bâtiments ont la particularité de proposer des appartements très différents les uns des autres, et d'offrir à ses locataires une terrasse ou un jardinet.

Le Quartier des Dervallières pourra-t'il attirer de nouveaux propriétaires?
C 'est une des grandes nouveautés initiées par les promoteurs du projet de rénovation. En effet, jusqu'à présent l'habitat du quartier était exclusivement composé de logement sociaux destinés uniquement à la location. L'objectif des responsables de Nantes Métropole est de faire en sorte qu'un certain nombre de familles deviennent propriétaires de leur logements sociaux. Ainsi, Habitat 44 propose un programme d'accession sociale à la propriété soutenu par les collectivités. A titre d'exemple un logement de 110 m2 dont une loggia de 25m2 est proposé à 200 000 euros contre 3600 euro le m2 en moyenne à Nantes. En plus de ces nouveaux logements c'est toute une batterie de nouveaux équipements publics qui est attendu aux Dervallières. En 2015, une résidence municipale pour personnes âgées sera construite, un pôle d'insertion emploi regroupera la maison de l'emploi, la Mission locale, la commission locale d'insertion du conseil général, la CAF et l'équipe de quartier.
Rappelons que l'école a été agrandie récemment, que le pôle séquoia ouvert en 2009, propose de découvrir les sciences et l'environnement aux écoles, aux centres de loisirs ainsi qu'à l'ensemble des Nantais.

Hebergeur d'image

Le désenclavement de la cité des Dervallières
Par ailleurs, les autorités publiques tentent de désenclaver la cité des Dervallières notamment à travers  la mise en place de nouveaux transports en commun, ou la construction symbolique d'un pont qui sera mis en service au mois d'octobre. Tout est fait pour rapprocher le quartier du centre ville que l'on peut rejoindre actuellement en à peine un quart d'heure de bus via la ligne 22. En 2013 deux lignes de chronobus, desserviront également le quartier.
Malgré tous ces efforts, le quartier fait toujours peur aux habitants, sur une dizaine de personnes interrogées seule une jeune femme dit apprécier le quartier et être contente d'y avoir posé ces valises. En effet, même si les prix sont attractifs l'idée ne fait pas rêver les habitants rencontrés aux Dervallières.
En cherchant à attirer les propriétaires dans ce quartier défavorisé, ce sont les classes moyennes et les classes défavorisées que l'on cherche à attirer. Effectivement, bien souvent quand les politiques parlent de mixité sociale c'est ce qui est sous entendu. Cependant, aucune de ces deux catégories sociales n'aspirent à vivre dans ce quartier qui garde toujours sa mauvaise réputation. A l'image de ce professeur de mathématiques vivant à Saint Saint-Herblain, à deux pas de la cité, et qui n'a aucune envie d'acheter un appartement dans les nouveaux immeubles. Le quartier ne lui inspire pas confiance, d'ailleurs elle veille constamment à ce que ses enfants même majeurs ne rentrent pas trop tard dans la soirée. En effet, le quartier subit toujours la violence. Le climat n'est pas apaisé, nombre d'habitants nous ont fortement conseillé de ''faire attention'', d'éviter de ''trainer seul(e) dans le coin''. Des jeunes hommes de 19 ans nous ont aussi parlé de leur ras le bol des incendies de voitures. En effet, quelques jours seulement avant l'interview, des voitures ont pris feu dans la cité des Dervallières.

Hebergeur d'image Ainsi, s'il est évident que la cité des Dervallières connaît de grandes transformations tant au niveau de son architecture, que de la quantité et de la qualité de ses services publics, il n'est pas dit qu'elle attirera de nombreux habitants issus de classes plus favorisées. La mixité sociale est loin d'être réalisée. De plus, si le quartier est en train d'être désenclavé du reste de la ville de Nantes à travers le développement de nouveaux transports en commun, une barrière mentale demeure. Le quartier des Dervallières garde dans l'imaginaire collectif de nombreux nantais l'image d'un quartier à problème. 

Nantais, qu'en pensez-vous?

Commentaires