L'utilité publique du futur aéroport de Nantes contesté par une étude des élus

MOP Nantes | ahlem | Moppé le 27/10/2011 à 13:30 | Mis à jour le 15/12/2011 à 16:42
Intérêts :
Partagez :

Après une étude publique, les élus opposés au projet du nouvel aéroport Notre-Dame-des-Landes, au Nord de Nantes, ont fait appel au cabinet européen CE Delft, expert en matière d'impacts environnementaux et économiques, basé aux Pays-Bas. Après une étude minutieuse, le cabinet a décelé des erreurs considérables de la part de l’Etat suite à l’étude du dossier datant de 2006, en découvrant que le projet du futur aéroport de Nantes serait ruineux avec des pertes estimées entre 100 millions et 600 millions d’euros.

L'utilité publique du futur aéroport de Nantes contesté par une étude des élus


Des erreurs de calculs et des omissions ont été commises volontairement par l’Etat pour rendre le projet possible et surprenant, sans prendre en compte les enjeux économiques et environnementaux, selon une étude menée par le collectif des élus en mettant en cause la déclaration d’utilité publique (DUP) pour la construction du futur aéroport Grand Ouest de Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes.

« En clair, l'Etat a volontairement pipeauté son étude, dénonce Ronan Dantec, sénateur Europe écologie. Il a gonflé des chiffres pour rendre le projet plus séduisant. On n'aurait pas pu s'en rendre compte sans l'analyse approfondie d'un cabinet extérieur. » L’Etat n’a pas pris en compte des éventuels dépassements des coûts de réalisation, la projection des prix de pétrole, la facture de la liaison tram-train, la gestion de l'eau et les risques d'inondations dans un secteur très humide. Rien, non plus, sur la démolition de l'actuelle plateforme aéroportuaire ou encore le maintien de sa piste pour l'usine Airbus…« Ce serait logique, cette Déclaration d’utilité publique (DUP) est adossée à un dossier économique faux. L'Etat doit prendre ses responsabilités », juge Geneviève Lebouteux, conseillère régionale Europe écologie. De ce fait, le collectif d’élus réclame, à l'avenir, une abrogation de la déclaration d’utilité publique.

"Les coûts d'un futur aéroport à Notre-Dame-des-Landes, à Nantes, excèdent les bénéfices", selon l'étude qui prône plutôt une adaptation de l’aéroport actuel avec de meilleurs accès et une nouvelle piste.

L'étude a été commandée par le CéDpa (Collectif des élus qui doutent de la pertinence du futur aéroport de Nantes) dont font notamment partie le maire sans étiquette de Notre-Dame-des-Landes, Jean-Paul Naud, mais aussi le sénateur EELV Ronan Dantec et la conseillère municipale MoDem de Nantes Isabelle Loirat.

De plus, à la demande du collectif, le cabinet a étudié l'intérêt économique d'une optimisation de l'actuel aéroport Nantes-Atlantique : le bénéfice global serait d'environ 100 millions d'euros, en intégrant la desserte par le train de l’actuel aéroport, amélioration du terminal, expansion des parking, implantation d’un système radar local et des taxiways rapides, une nouvelle piste transversale en réduisant le bruit au-dessus de Nantes, en 2023.

Ce projet coûterait moins cher et apportera des bénéfices globaux pour la collectivité, selon Jasper Faber.

Le futur aéroport de Nantes, attendu pour 2017, dont la concession a été attribuée au groupe Vinci en décembre 2010, est soutenu par les collectivités locales socialistes mais suscite l'opposition de plusieurs collectifs rassemblant des agriculteurs, des habitants et des militants anarchistes installés sur le site ; les opposants vont demander de nouvelles études et l'annulation de la déclaration d'utilité publique.

Ne serait-il pas plus judicieux et plus économique d’agrandir l’aéroport Nantes-Atlantique que de mettre des millions d’euros pour un projet où l’opposition fait rage ?

Source : Nantes Maville

Commentaires

Le 29/10 à 16:28 : Moi ça m'étonne pas ce rapport. Il y a plein d'aéroports dans le monde qui ont un trafic nettement supérieur à celui de Nantes et qui fonctionnent très bien sans que soit envisagé la construction d'un autre. Mais quel intérêt les pouvoirs publics tireraient-ils d'avoir "pipé" l'étude de projet? Des financements occultes??? Cela vaudrait peut-être le coup de chercher à savoir, non??? Mais visiblement, à part le foot, les "moppeurs" se fichent pas mal d'autre chose... à moins qu'il n'y ait une censure et que les articles ne soient supprimés!!!