Critiques de l'école Sup Info de Nantes

MOP Nantes | Alexandre | Moppé le 13/07/2010 à 09:52
Intérêts :
Partagez :

L'école d'informatique Sup Info, présente dans de nombreuses villes françaises (Lille, Paris, Bordeaux, Nantes...) mais également à l'étranger, est depuis quelques temps victime de critiques qui pourraient bien remettre en cause sa notoriété.

Critiques de l'école Sup Info de Nantes


A Nantes, les critiques fusent: loyer des locaux impayés, cours non assurés, trop de cours en e-learning (sur internet) et des mécontentements liés à l'organisation interne de l'école.

Certains étudiants n'hésitent pas à poursuivre Sup Info Nantes en justice pour obtenir un remboursement des frais de scolarité (qui s'élèvent à 5000 euros).

Malgré les critiques de certains étudiants, l'école d'informatique Sup Info reste tout de même une école reconnue et à forte notoriété auprès des professionnels de l'informatique.

Toutes ces critiques ne seraient-elles pas un peu exagérées ?

Commentaires

Le 10/12 à 14:01 : Derrière les posts cités précedemment que de la bonde Alick Mouriese et ses ses franchisés qui essaient de masquer la vérité de notre école SUPINFO.
La seule école au monde où on a eu un diplome sans trop se fatiguer, sans rien apprendre, sans se présenter au cours, sans profs qualifiés, sans ordinateurs, sans serveurs, sans bibliothèque, sans administration, des notes gonflés par des étudiants SUPINFO qui nous dispensent les cours et les évals et qui ne le maitrise pas eux memes, BRAVO à notre école SUPINFO, on aimerais témoingner ensemble à l'enquete du ministère pour éclater la vérité SUPINFO.
plus de 60 % des étudiants de ma promo 2009 sont au chomage, SUPINFO à une très mauvaise image chez les entreprises d'informatique, chaque de nous ont envoyé au min 500 CVs en retour que des réponses négatives.

SUPINFO 200 % arnaque et 60 % chomage et 200 % monsenge

Le 15/07 à 13:21 : ce qui est dit dans les différents articles montrent toujours le mauvais coté et parle d'une façon générale. Moi je suis sur un campus de l'ouest ou on n'a pas de problèmes d'expulsion ni de cours non assuré.les problèmes de paiement des fournisseurs ne nous concernent pas. Comme certains commentaires le disent, les étudaints qui ne viennent rarement en cours critiquent toujours l'école car c'est forcément pas de leur faute. C'est la meme chose en entreprise, si on est bossseur et qu'on montre qu'on en veut l'entreprise est contente et certains de mes potes ont meme deja des contrats de travail alors qu'ils sont qu'en 3è ou 4è année.
oui il faut etre autonome a Supinfo mais c'est ce que les entreprises recherchent non ?

Le 14/07 à 10:13 : Supinfo est une école ou il faut travailler, ceux qui se pointe, ne bossent pas et passent leurs temps à jouer finissent tous par critiquer l'école en permanence.
Forcement vous apprenez rien, vous ne bossez pas !!

Je vous invite à consulter cet article de notre cher supinfo watching :
http://supinfowatching.wordpress.com/2010/07/14/temoignage-etudiant-supinfo-annee-2009-2010/

Le 14/07 à 00:32 : Pour ma part je suis actuellement à Supinfo et je suis très satisfait des matières qui nous sont enseignées. Il est vrai qu'il peut y avoir quelques déséquilibres sur des campus tout comme il est vrai que des étudiants soit moins compétents que d'autre comme dans toute école. Le diplôme ne fait pas tout.

Le 13/07 à 22:36 : Merci de ne pas parler présenter comme de "l'information" ce qui n'est autre qu'un tissu d'inventions et de méconnaissances du sujet :

- L'école se nomme SUPINFO, et non "Sup Info"
- Les problèmes de loyer des locaux ne concernent que des campus "exotiques" (San-francisco, Londres) et deux villes ou SUPINFO est en conflit avec les Franchises qui gèrent partiellement les Campus.
- Non, à Nantes, les critiques ne fusent pas, tous les cours ont étés assurés sans exception.
- Aucun étudiant n'a poursuivi "Sup Info Nantes" en justice, puisque ce campus ne représente pas à lui seul une entité responsable d'un quelconque contrat avec un étudiant, ni avec l'état, seule l'entité SUPINFO, dans son ensemble, pourrait être concernée.

etc...

Le 13/07 à 19:23 : Je pense que prendre un étudiant dans SUPINFO n'est pas un exemple.

Partout il y a des bons, et des mauvais. SUPINFO n'est pas sélectif à l'entrée, donc il est possible que certaines personnes arrivent à avoir leur diplôme sans vraiment travailler. Mais ce n'est pas le cas de tous :)

Sinon pour le moment je ne regrette pas d'avoir choisi SUPINFO. Certes il y a beaucoup d'autonomie, mais cela est également positif, et permet de se concentrer sur d'autres projets personnels, ce qui me permet également d'améliorer mon CV.

Pour tous les problèmes, je ne pourrais pas juger n'étant pas sur Nantes mais sur Tours, mais en tant qu'étudiant je n'ai constaté aucun problème.

Le 13/07 à 18:15 : Je suis assez d'accord avec le premier commentaire. Nous avions engagé un étudiant tout fraîchement sorti de SupInfo, mais celui-ci nous a déçu. Des compétences extrêmement limités malgré l'obtention de son diplôme... Leur pédagogie est à revoir complètement.

Le 13/07 à 18:11 : SUPINFO a des problèmes, c'est sûr, mais depuis quelques mois, ça s'améliore petit à petit.
J'y suis dans cette école, et je ne regrette pas mon choix.
En ce qui concerne les impayés (plutôt des retards car tout est payé), oui c'est arrivé dans plusieurs campus, mais je ne crois pas que ce soit le cas à Nantes cette année.

Le 13/07 à 17:34 : Les étudiants sortants de SUPINFO avec leur diplome reconnu d'Expert en Informatique, sont pour une très grande majorité recrutés dans des grandes entreprises, pour des postes complètement inaccessibles pour des étudiants n'ayant qu'une licence, voire même un master. Le cursus proposé par SUPINFO sur 5 ans est bien au-dessus, plus complet que tout ce qu'on peut trouver ailleurs.

Le 13/07 à 17:34 : Tu me fais bien rire....bon je retourne travailler. Faut bien que je m'érite mes 50K par ans ^^ Vive Supinfo :)

Le 13/07 à 11:23 : Critiques bien fondées en effet !
Notoriété de l'école ? Quand on voit que les étudiants qui y sortent en savent moins que les étudiants en fac au bout de 3 ans... on a des questions à se poser !